formats
Publié le 3 septembre 2013, par dans Réflexions.

Je crois que je vais continuer ce que j’ai commencé. Franchement, je me dis que je suis bien partie alors ce serait dommage d’arrêter en si bon chemin. Bon après, vous allez me dire que vous en avez rien à foutre parce qu’on se connait pas (ou tout du moins, certain(e)s qui me lisent ne me connaissent pas) et ceux qui me connaissent, ça va les faire sourire ou alors leur confirmer que je suis définitivement atteinte.

Donc. L’autre jour, je vous parlais de ma névrose de l’engagement. Aujourd’hui je vais vous parler de celle du toucher. Qui doit dériver légèrement d’un genre de phobie sociale (que j’ai « soigné » – enfin c’était pas une vraie phobie sociale non plus dans le sens strictement pathologique du terme, je vous rassure). J’explique, j’ai jamais été une fanatique des rencontres de gens, je suis plutôt du genre asocial en règle générale, je suis pas super bavarde à la première rencontre, etc. Mais, quand j’ai ouvert mon blog beauté, il a fallu que je prenne sur moi parce que des nouvelles rencontres j’en ai fait et j’ai du prendre sur moi pendant ces événements. Mais au moins, je suis devenue sortable (genre) et bien moins sauvage. Néanmoins, il subsiste un truc : j’ai du mal avec les gens que je connais peu/pas qui rentrent dans mon espace et se permettent même de me toucher.

Et quand je dis toucher… C’est des trucs tout cons. Me toucher le bras pour me faire la bise, me toucher la main pour attirer mon attention pour me dire quelque chose, me prendre le bras pour m’emmener quelque part, et j’en passe et des meilleures. Des choses complètement anodines pour beaucoup de monde. Mais des choses qui me dérangent au début. A une époque, je me dégageais systématiquement des gens qui faisaient ça. Aujourd’hui, j’apprends à le gérer, je deviens pas à moitié hystérique mais… ce sont des choses qui me marquent. Et pareillement, je mets un certain temps à être proche physiquement des gens, tant que je ne les connais pas à un certain point, je ne peux pas non plus les toucher parce que ça me dérange.

Ça doit vous paraitre complètement tordu je pense. Et cette névrose peut facilement se lier à celle de l’engagement. Parce que finalement, ça peut faire partie des choses qui font que j’ai du mal à m’engager, parce qu’effectivement, l’engagement passe quand même par une certaine proximité physique dans un premier temps (non mais les gens tout de suite, je vous vois venir, je parle pas d’actes sexuels hein !). Et ce blocage que j’ai sur le toucher fait que j’ai l’air terriblement distante. Alors c’est pas que je veux pas, c’est juste que… je peux pas.

Je n’ose peut-être pas. J’ai peut-être peur de quelque chose mais alors là, je ne vois pas de quoi je peux avoir peur. Enfin je veux dire je vais pas perdre la main à toucher quelqu’un. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. J’ai pas de phobie particulière avec les microbes donc c’est même pas ça. Je cherche, je cherche vraiment à quoi ça peut être dû. Et j’ai beau tourner le truc dans tous les sens, je sais pas pourquoi je suis comme ça. Et il y a forcément un truc parce que quand j’étais ado, j’étais loin d’être comme ça :D Et d’ailleurs aujourd’hui, les seuls qui peuvent se permettre d’être proche de moi physiquement et avec qui j’ai pas de problème pour l’être sont des personnes de cette époque (et de ce fait, les gens qui m’ont connu qu’avec cette névrose s’imaginent des trucs parce que comme ils ne m’ont jamais vu aussi proche physiquement de quelqu’un ça les perturbe…). Les personnes que j’ai rencontré après, ça prend du temps. Ça s’efface, je suis de plus en plus à l’aise avec certaines mais… ça prend du temps.

Encore une fois, serait-ce parce que je me protège ? C’est-à-dire que le fait de tenir à distance les gens même physiquement m’évitera d’être atteinte ? Si c’est ça, c’est quand même complètement idiot. Parce que je peux pas passer ma vie ériger des murs entre moi et les autres. Ou alors je peux définitivement aller me faire bonne soeur et au moins ça serait réglé. Et comme je sais pas d’où ça vient, je tourne ça en rond dans la tête, et je trouve pas de solution. A part laisser les gens faire, essayer de passer outre, de gérer la chose en interne. C’est pas encore vraiment au point mon truc. Je pense que des gens ont pu s’en rendre compte que j’étais pas du genre « tactile » mais bon. Mais j’essaye de me soigner. J’essaye de devenir justement un peu plus « tactile » (ouais enfin… vous imaginez pas des trucs non plus… je vous vois venir), à la longue, ça finira par devenir naturel (oui en fait, je suis en train de m’entrainer à modifier mon comportement pour qu’il devienne acquis…).

Et puis le pire pour les gens, c’est qu’ils peuvent même pas savoir à partir de quel moment ils peuvent devenir plus proches physiquement. C’est un truc que je ne peux absolument pas prévoir. Et de ce côté-là, y a aussi le feeling avec les gens qui entrent en compte…

Bref. C’est quand même moins chiant que d’avoir peur de l’engagement. Encore que ça peut se valoir, non ?

PS : Je crois que ça doit être l’article le plus chiant que j’ai pu rédiger.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !